• Sauvegarde des espèces menacées

Utilisation d’approches collaboratives et communautaires pour améliorer l’état de conservation de la mégafaune marine sur la côte nord du Cameroun

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Utilisation d’approches collaboratives et communautaires pour améliorer l’état de conservation de la mégafaune marine sur la côte nord du Cameroun

AMMCO est une ONG camerounaise dynamique créée en 2012 et composée de jeunes chercheurs ayant déjà bénéficié d’un financement PPI (PPI 4.1). Le principal objectif du projet était d’améliorer l’état de conservation des mammifères marins et en particulier du lamantin du lac Ossa. L’aspect innovant de ce projet a été le développement d’une application mobile de collecte de données d’observation opportunistes pour mettre en place un réseau de suivi participatif.

AMMCO a progressivement étendu ses activités de protection des tortues marines le long de la côte et est également membre du RASTOMA (Réseau des Acteurs de la Sauvegarde des Tortues Marines en Afrique Centrale) qui est également soutenu par le PPI.

Ce projet est mené sur la côte nord du Cameroun de Limbé à Bamusso dans la région sud-ouest du Cameroun (Limbé, Batoke, Bakingili, Idenau et Bamuso) en bordure de la République fédérale du Nigéria. La côte du Cameroun soutient les moyens d’existence d’environ 9 000 personnes qui dépendent principalement de la pêche artisanale. L’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière en cours dans la région, ainsi que le développement côtier incontrôlé (infrastructures et constructions d’hôtels) et les activités de surpêche modifient le paysage et provoquent la dégradation de l’habitat, la pollution et les prises accessoires de tortues marines et de la faune marine.

Les espèces de mégafaune aquatiques présentes dans cette région sont des animaux marins ou d’eau douce pesant plus de 45 kg, notamment des tortues marines, des requins, des dauphins, des baleines et des lamantins. Malheureusement, l’épuisement croissant de la mégafaune aquatique le long de la côte camerounaise fait baisser sa biodiversité et perturbe l’équilibre de l’écosystème à différents niveaux. Ces espèces clés s’épuisent en raison des menaces directes et indirectes croissantes, notamment les prises accessoires de pêche, la chasse intentionnelle et la dégradation de l’habitat par la pollution plastique, la déforestation des mangroves, l’urbanisation côtière et les marées noires potentielles. Malgré la volonté du gouvernement d’inclure les espèces de requins et de cétacés comme espèces protégées, il y a un manque de données et de documentation sur les menaces et les tendances des populations pour soutenir la mise à niveau du statut juridique de l’espèce.

Dans cette région, il n’y a pas d’aires marines ou côtières protégées établies pour protéger la fonction écologique critique des estuaires et des mangroves. De plus, aucune politique de promotion de techniques de pêche sélectives et durables n’est mise en œuvre. Par conséquent, la productivité halieutique diminue et les prises accessoires deviennent une habitude.

Le projet vise à contribuer à une gestion intégrée et participative efficace de l’écosystème marin et côtier de la côte nord du Cameroun pour assurer la survie à long terme de sa mégafaune. Dans ce projet, AMMCO a mis en place un cadre socio-biologique et économique de référence pour la mise en place d’une gouvernance locale et d’un aménagement du territoire améliorés. Les objectifs spécifiques sont d’améliorer les connaissances scientifiques de base sur la mégafaune marine et les pêcheries sur la côte nord du Cameroun, de faciliter le brainstorming et les dialogues à différents niveaux institutionnels concernant l’amélioration du modèle actuel de gouvernance locale et d’aménagement du territoire et d’améliorer le perception locale de la mégafaune aquatique sur la côte nord du Cameroun.