• Création-Gestion d'aires protégées

Protéger les reptiles et amphibiens endémiques de Madagascar par la gestion durable d’aires protégées

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Protéger les reptiles et amphibiens endémiques de Madagascar par la gestion durable d’aires protégées
  • Bénéficiaire Madagasikara Voakajy
  • Montant du projet € 160 556
  • Subventions FFEM € 47 947
  • État du projet achevé

Madagasikara Voakajy est une importante association de Madagascar, membre de la plateforme de la société civile Alliance Voahary Gasy. Entre 2010 et 2013, elle a bénéficié d’un PPI qui portait sur la création de 3 Nouvelles Aires Protégées NAP (catégorie VI UICN) et le transfert de gestion des ressources naturelles (forêts humides de moyenne altitude) aux communautés résidant autour de ces NAP dans le district Anosibe An’Ala dans la Région Alaotra Mangoro, province Toamasina, avec des résultats très satisfaisants.

 

Le projet actuel concerne trois des six aires protégées créées par Madagasikara Voakajy. Il s’agit de Mangabe-Ranomena-Sasarotra (ou Mangabe dans le district Moramanga), Ambatofotsy et Ankorabe (dans le district Anosibe An’Ala). Les fragments forestiers dans ces aires protégées sont isolés et constituent des oasis pour les espèces qui s’y abritent, dont 3 espèces en danger critique d’extinction (deux reptiles – un caméléon Calumma tarzan, un gecko – Phelsuma pronki – et un amphibien – Mantella aurantiaca). Dû à leurs isolations, ces fragments sont très sensibles aux facteurs de dégradation telle que le tavy (défriche-brulis) mais aussi à l’exploitation aurifère illégale.

Les plans d’aménagements des trois NAP (au total 29 000 ha) prévoient que les communautés locales en deviennent les gestionnaires d’ici 10 ans ; il est donc proposé ici de renforcer les capacités des associations villageoises appelées Vondron’Olona Ifotony (VOI), d’améliorer leur niveau de vie à travers la mise en place de pratiques agricoles améliorées et la création d’une coopérative et d’organiser la surveillance des zones sensibles et la restauration des habitats des espèces ciblées.

 

Ce projet va impliquer les membres des 15 VOI dont 11 à Mangabe, 3 (Fanilo, Tsinjo et Tahiry) à Ambatofotsy et 1 (Aro) à Ankorabe) soit environ 1 200 ménages, dont 225 sont les directs bénéficiaires.