• Lutte contre les changements climatiques

Valorisation des déchets ménagers de la ville de Mahajanga

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Valorisation des déchets ménagers de la ville de Mahajanga
  • Bénéficiaire GEVALOR
  • Montant du projet € 225 000
  • Subventions FFEM € 50 000
  • État du projet achevé

La gestion des déchets ménagers de Mahajanga, troisième ville de Madagascar (située au Nord-Ouest de l’Ile, en bordure du Canal du Mozambique) avec une population d’environ 200 000 habitants (estimation 2004), en accroissement de 3% par an, préoccupe fortement les autorités concernées, compte tenu des retombées particulièrement graves d’hygiène et de santé publique générés par ces déchets (en particulier choléra endémique et peste particulièrement virulente en 1999). Les conditions locales tant hydrogéologiques que climatiques ou sociales (proximité de la nappe phréatique, fréquence des cyclones et des inondations, accroissement démographique et importance du sous-emploi) rendent la ville particulièrement sensible à la pollution liée à l’accumulation mal contrôlée des ordures ménagères.
Ces ordures se caractérisent par une richesse exceptionnelle en matières organiques, compte tenu de l’activité locale de récupération des composants de valeur facilement commercialisables (objets creux de toutes natures, métaux ferreux et non ferreux, certaines matières plastiques…).
L’agriculture qui constitue la première activité économique locale souffre de la dégradation des sols par érosion et de façon chronique d’un défaut d’éléments fertilisants par insuffisance des ressources locales, compte tenu des prix prohibitifs des produits importés.

Or le compost est un élément fertilisant de grande qualité. La comparaison de son rôle avec celui des engrais chimiques met en évidence un apport direct en nutriments (sans doute en quantité moindre que les engrais chimiques classiques, pour un poids équivalent) mais aussi une contribution à la restructuration des terres (augmentation de la rétention d’eau en particulier). Le compost permet ainsi une économie d’engrais, pour un effet agronomique équivalent, variable en fonction des types de cultures et des sols.
La production d’ordures de la ville est de 2200 tonnes/mois. Si l’on considère qu’à partir d’une tonne d’ordures on peut obtenir 600 kg de compost marchand et que 75 % des ordures pourraient raisonnablement être collectées, on peut évaluer le potentiel de production de compost à 985 tonnes par mois, soit environ 12 000 tonnes par an.

 

L’objectif général du projet est d’améliorer la santé et la qualité de vie des populations urbaines de Mahajanga (250 000 habitants) à travers la gestion des déchets domestiques et leur transformation en amendements agricoles, compost et cornes concassées. La couverture des charges récurrentes se fera à travers a) la vente des amendements, b) la vente de crédit carbone, c) la rétribution par la Municipalité des tâches de service public remplies par Tananamadio, d) éventuellement des droits de dépôt de déchets à acquitter par les industriels. La vente des amendements ciblera les cultures ornementales (parcs et jardins floraux appartenant à la municipalité, à l’université, aux diverses entreprises,  aux particuliers,..) ainsi que l’agriculture vivrière et l’agriculture d’exportation.