• Lutte contre les changements climatiques

Valorisation des déchets d’animaux par biodigesteurs dans la région du Nord

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Valorisation des déchets d’animaux par biodigesteurs dans la région du Nord

Le projet de Valorisation des Déchets d’Animaux (PRO.VA.D.A) intervient dans la commune de La Toden, Province du Passoré, située dans la Région du Nord du Burkina Faso, à 100 km de la capitale Ouagadougou, où siège ASE.

Les feux de brousse et la pression agricole ont détruit le tapis herbacé de cette région à savane arbustive. Le faible rendement agricole des sols, la faible productivité des animaux due à la divagation, à la malnutrition et aux problèmes sanitaires et l’insuffisance de revenus pour l’achat de matériels d’éclairage, ont poussé ASE à définir ce projet de valorisation des déjections animales en énergie renouvelable à travers l’installation de 35 bio-digesteurs et de réhabilitation des écosystèmes forestiers par la conduite d’actions de régénération naturelle assistée (RNA).

ASE, petite association environnementale orientée climat et sols, dispose d’appuis tels que celui du programme de petites subvention du GEF. Elle s’appuiera techniquement et financièrement sur un vaste programme d’appui aux énergies renouvelables, le Programme National de Biodigesteurs (PNB), financé par Hivos et la SNV (coopération hollandaise) qui œuvre déjà à l’installation de bio-digesteurs dans toutes les régions du Burkina Faso.

Les bénéficiaires directs du projet sont estimés à 350 personnes (8-10 personnes directes de la famille/digesteur) et indirects à 600 personnes.

La promotion de l’utilisation du biogaz vise à réduire la dépendance des populations vis-à-vis du bois d’énergie, ce qui aura pour avantage de préserver les peuplements forestiers. De plus, la réduction de la pression du bétail, rassemblé dans les étables, sur le couvert végétal favorisera sa régénération. Enfin, les déjections animales collectées des étables approvisionneront les bio-digesteurs et l’utilisation des effluents produits comme fumier contribuera à l’amendement  des sols et à l’amélioration du rendement des cultures (pommes de terre, oignons, tomates, choux, salades).