• Lutte anti-braconnage

Protection du Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) contre le braconnage et l’exploitation forestière artisanale

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Protection du Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) contre le braconnage et l’exploitation forestière artisanale

Le projet intervient dans le territoire de Kalehe, un des 8 territoires du Sud Kivu, situé à 60 km au Nord de la ville de Bukavu ; ce territoire forestier et montagneux abrite une partie du Parc National de Kahuzi Biega (600 000 ha), site du Patrimoine Mondial de l’Unesco, en péril, ainsi que deux forêts communautaires de Bushema et Byolwa, très riches en biodiversité mais sans statut de conservation, situées à sa périphérie.

Les menaces principales pour cette région, ravagée par les guerres au cours des années 90, sont la chasse/braconnage et l’exploitation artisanale et illégale du bois et des minerais, qui détruisent l’habitat et les populations d’espèces phares (gorilles, éléphants, etc.).

L’interdiction formelle de ces activités, unique source de revenus pour les populations vivant aux environs et dans le PN, reste difficile à appliquer, sans qu’on ne propose aux gens des alternatives concrètes génératrices de revenus.

L’initiative prise par IFEPAD, une petite association qui lutte contre l’exclusion de la femme et contribue au développement de l’entreprenariat féminin répond à ce défi : le projet propose en effet d’appuyer directement 450 ménages dont 300 de chasseurs et 150 de vendeuses de viande de brousse et/ou d’exploitants forestiers artisanaux en fournissant des géniteurs de chèvres et/ou porcs aux premiers pour les convertir en éleveurs et en favorisant le petit commerce des deuxièmes.

 

Par ailleurs, il est prévu de reboiser des zones dégarnies de la périphérie du parc avec 30 000 plants d’essences à croissance rapide comme l’eucalyptus, podocarpus pour restaurer l’écosystème forestier.

Pour ce faire, Ifepad travaillera en collaboration avec le Comité de Coordination du Site (CoCoSi) qui est l’organe de gestion, planification et coordination de toute aire protégée qui sert à la médiation entre l’ICCN et les opérateurs de la zone, dont Ifepad fait partie et qui fonctionne assez bien à Kahuzi Biega ; IFEPAD travaillera également avec le Comité de Conservation Communautaire (CCC) qui est la structure locale de gestion participative. Ce  comité sera impliqué dans la sensibilisation des populations locales en ce qui concerne l’éducation environnementale et la dénonciation des cas de chasse dans l’AP.

 

Les bénéficiaires directs sont les 450 personnes/ménages ciblés, représentant environ 2 250 personnes.