• Lutte anti-braconnage

Application de la loi sur la faune au Bénin

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Application de la loi sur la faune au Bénin
  • Bénéficiaire Nature Tropicale
  • Montant du projet € 46 195
  • Subventions FFEM € 22 665
  • État du projet achevé

Le commerce illégal d’espèces sauvages occupe le 4ème rang du trafic illicite dans le monde, avec des bénéfices estimés à 19 milliards de dollars par an. L’actuel Secrétaire Général de l’ONU a décrit la lutte contre ce trafic comme étant un enjeu de protection de l’environnement et du patrimoine culturel de nombreux pays mais aussi de sécurité, de stabilité et d’économie.

Le Bénin n’est pas épargné par ce trafic, avec des braconniers qui opèrent dans le nord du pays aux alentours du Parc de la Pendjari et du Parc du W. De plus, Cotonou est une zone de transit importante pour le trafic de la faune venant d’autres pays car elle est équipée d’un port autonome et d’un aéroport international.

 

L’ONG Nature Tropicale, qui bénéficie de l’appui de l’UICN Pays-Bas depuis plusieurs années, est relativement connue au Bénin pour ses actions en faveur de la sauvegarde des espèces menacées, que ce soit par le biais de sorties éco-touristiques d’observation des baleines, par exemple, ou par le biais d’enquêtes sur les trafiquants d’animaux protégés. Elle produit également des documentaires et petits reportages qu’elle diffuse lors d’une émission quotidienne sur la TV nationale (BB24/ORTB).

 

L’ONG propose ici de répliquer au Bénin le modèle de projet d’application de la loi faunique utilisé avec succès par le Réseau EAGLE (Eco Activists for Governance & Law Enforcement) dans d’autres pays, en bénéficiant de l’appui d’un membre du réseau, Conservation Justice. Le projet a déjà débuté et commence à montrer de bons résultats, dont la saisie de 86 kg d’ivoire en août 2014.