• Création-Gestion d'aires protégées

Préservation de la biodiversité et de la Réserve Naturelle de Santa Luzia à travers les communautés de pêcheurs de Sao Vicente, Santo Antao et Sao Nicolao

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Préservation de la biodiversité et de la Réserve Naturelle de Santa Luzia à travers les communautés de pêcheurs de Sao Vicente, Santo Antao et Sao Nicolao

La Réserve de Santa Luzia de Cap Vert, récemment inclue dans le réseau d’aires protégée de l’archipel, comprend l’île homonyme et les îlots de Branco et Raso. Ses eaux sont fréquentées par les pêcheurs des trois îles voisines : Sao Vicente, Sao Nicolao et Santo Antao. Il s’agit essentiellement de pêche à la ligne, de subsistance, destinée à l’autoconsommation.

La Réserve a été créée par un décret en 2003. Le plan de gestion approuvé par le gouvernement – qui rentrera en vigueur en juillet 2013 – prévoit que les îlots Branco et Raso deviennent une réserve intégrale et qu’une grande partie de l’île de Santa Luzia soit accessible, après obtention d’un permis, uniquement aux scientifiques et aux pêcheurs qui utilisent temporairement l’île comme base d’appui. Ce plan de gestion devrait empêcher l’exploitation des ressources trop près des côtes et favoriser la reconstitution des stocks ainsi que la préservation d’espèces endémiques d’oiseaux, dont certaines sont menacées d’extinction (puffin et alouette de l’îlot Raso), tout comme des cétacés (baleines et dauphins) et tortues marines. En effet, on estime que la mise en œuvre du plan de gestion pendant 5 ans pourrait faire augmenter les stocks de poisson de 30%.

Mais ces dispositions réglementaires risquent de compromettre la survie de 5 communautés de pêcheurs des villages de Sao Pedro, Salamansa et Calhau (sur l’île de Sao Vicente), Tarrafal (sur l’île de Sao Nicolau) et Sinagoga (sur l’île de Santo Antao) soit un total de 380 personnes, qui ne pourront plus aller pêcher autour de Santa Luzia.

C’est dans ce contexte qu’intervient l’Association des Amis do Calhau (AAC), petite ONG capverdienne qui bénéficie de financements étrangers et qui collabore avec l’ONG Biosfera I (financé par la FIBA et le GEF/SGP) qui a un projet parallèle à celui-ci, appelé « Santa Luzia Virtual ». Ce projet  vise la création d’un site web et de supports vidéo pour promouvoir Santa Luzia comme destination touristique, la sensibilisation les communautés impliquées notamment en leur faisant accepter un nouveau plan de gestion de la réserve.

Le projet de AAC concourt aux mêmes objectifs que celui de Biosfera : il servira d’une part à poursuivre les actions de sensibilisation de toutes les communautés impliquées, d’autre part à former les pêcheurs en techniques de pêche durable avec l’appui de l’Institut National pour le Développement de la Pêche (INDP) et de la Police maritime. Ce qui devrait garantir la conservation de la biodiversité de la réserve. A moyen terme (d’ici 5 ans) l’INDP, qui dispose déjà de connaissances sur les stocks actuels de poissons, sera capable d’établir l’impact de la réserve sur leur conservation.