• Conservation des écosystèmes
  • Création-Gestion d'aires protégées

Gestion durable et surveillance d’espèces menacées et d’écosystèmes vulnérables de la Réserve de Santa Luzia

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Gestion durable et surveillance d’espèces menacées et d’écosystèmes vulnérables de la Réserve de Santa Luzia
  • Bénéficiaire BIOSFERA
  • Montant du projet 173.145€
  • Subventions FFEM 75 000€
  • État du projet en cours

L’île inhabitée, désertique et aride de Santa Luzia se situe à 8.5km de son île voisine, Sao, aussi inhabitée. La réserve naturelle de Santa Luzia, considérée comme une zone clé pour la biodiversité prioritaire, compte une surface terrestre de 3.500ha et une surface océanique de 27.200ha. Ces deux îles rassemblent la population entière de l’espèce endémique menacée Razo Lark (Alauda Razae) qui a été réintroduite à Santa Luzia en provenance de l’île de Raso en 2018 par Biosfera et SPEA (BirdLife Partner au Portugal) qui font équipe (70 spécimens). Elles y abritent aussi plus de 1000 femelles Caouanne (Caretta caretta, EN) en période de gestation chaque année car il s’agit du seul refuge des quatre espèces et sous-espèces endémiques des reptiles terrestres avec un état de menace non favorable (Tarentola raziana, NT et Hemidactylus bouvieri razoensis, CR). Biosfera a initié un processus de co-gestion afin de formaliser son engagement sur le long terme et prendre part au processus de décisions concernant la protection de l’île. Ce processus est en cours de développement et requiert un lourd travail de plaidoyer afin de convaincre les autorités de valider, implimenter et superviser la gestion de la Réserve Naturelle. De plus, les citoyens ne sont pas assez sensibilisés sur la question à cause de l’isolation de l’île.

 

Le fait que l’île soit inhabitée la rend extrêmement fragile des menaces anthropiques. Un parfait exemple est l’extinction de toutes les colonies d’oiseaux des mers présents sur l’île, l’extinction vient de l’introduction de nouvelles espèces tels que les chat et les souris. De nos jours, cette invasion est terminée mais à cause de visites régulières de pêcheurs sur l’île, les mesures de protection doivent toujours être respectées. Une autre menace anthropique de la biodiversité de l’île de Santa Luzia est la pollution des côtes qui a un impact direct sur les tortues, les oiseaux et les reptiles terrestres. La zone est malheureusement insuffisamment protégée par le DNA (National Directorate of the Environment), l’autorité en charge de la gestion.