• Création-Gestion d'aires protégées

Gestion durable des ressources naturelles en périphérie du Parc National de Sena Oura

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Gestion durable des ressources naturelles en périphérie du Parc National de Sena Oura
  • Bénéficiaire ILOD DARI ET GOUMADJI
  • Montant du projet € 16 060
  • Subventions FFEM € 8 100
  • État du projet achevé

Situées en périphérie du Parc National de Sena Oura dans la région du Mayo Kebbi au sud-ouest du Tchad, les associations cantonales de Dari et Goumadji ont pour mission depuis quelques années de mettre en œuvre la charte de gestion des ressources naturelles des deux cantons. Ces associations ont mis en place des comités de surveillance et soutiennent le développement socio-économique des cantons. La motivation et la persévérance des habitants, appuyées par un programme de la coopération allemande depuis 1995 a permis de classer une partie des terroirs villageois en parc National. Le présent projet a pour objectif d’appuyer la mise en place d’une gestion conjointe entre le parc national et les associations cantonales en vue de faciliter l’exécution du plan d’aménagement de la zone intermédiaire et périphérique au Parc. Le projet concerne les 26 villages de la zone de transition, soit près de 13 000 personnes vivant de façon permanente dans la zone. Les deux cantons disposant de vastes espaces boisés sont à la frontière avec le Cameroun et attirent les populations extérieures pour l’exploitation des ressources naturelles. Une bonne gestion du terroir devrait permettre de protéger les ressources et de contribuer à la valorisation du patrimoine naturel.

Ce projet, a pour objectifs spécifiques d’élaborer les plans d’aménagement des terroirs de la zone de transition pour repousser le front agricole vers la périphérie ; de créer la structure de co-gestion du nouveau parc et intégrer les deux associations de Dari et Goumadji dans la mise en œuvre de l’ensemble des actions de gestion des ressources dans la zone de transition et périphérique ; de poursuivre les activités de gestion, de surveillance, de suivi et d’écotourisme dans le prolongement des dispositifs mis en place par nos associations et adaptée pour la zone centrale à l’installation du Parc ; de renforcer les capacités des comités villageois de surveillance pour appuyer la mise en œuvre du plan d’aménagement du Parc en zone de transition et en zone périphérique.