• Sauvegarde des espèces menacées

Conservation et valorisation participative du parc national de Moukalaba-Doudou

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Conservation et valorisation participative du parc national de Moukalaba-Doudou

Avec une population estimée entre 5 et 10 000 grands singes, le Parc National de Moukalaba-Doudou (PNMD, 449 548 km2), situé à environ 600 km de Libreville, représente l’un des derniers refuges pour les gorilles de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla) et les chimpanzés communs (Pan troglodytes) d’Afrique Centrale. Par ailleurs, l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), à travers sa vision stratégique de conservation et de promotion des parcs nationaux, a identifié le tourisme de vision des grands singes comme une priorité avec pour objectif d’« accueillir, à l’horizon 2023, 750 visiteurs par an dans le PNMD pour le tourisme de vision des gorilles ».

 

Depuis de nombreuses années, l’Université de Kyoto et l’Institut de Recherche en Ecologie Tropicale (IRET) travaillent pour le développement d’un programme de recherche scientifique sur les gorilles menant à la semi-habituation d’un groupe de gorilles nommé « Gentil ».

 

En 2014, l’ONG PROGRAM, désignée par l’ANPN, a débuté un nouveau processus d’habituation d’un groupe de gorilles du PNMD nommé « Mussiru », destiné au tourisme, toujours en collaboration avec l’Université de Kyoto et l’IRET. Le processus d’habituation s’est accéléré avec le projet PPI (4.3) mais en moyenne, il faut attendre 7 à 8 ans pour que l’habituation soit effective et il est donc impératif de maintenir les efforts dans ce sens mais également d’améliorer les conditions de vie des pisteurs sur le camp.

 

Il est à noter que PROGRAM est un membre fondateur et actif du réseau Alliance pour la conservation des Grands Singes en Afrique Centrale (AGSAC)

Ce projet vise à renforcer les besoins du processus d’habituation pour assurer la conservation des gorilles et leur valorisation à travers le tourisme durable de vision tout en structurant l’économie locale et en améliorant la gouvernance territoriale.