• Sauvegarde des espèces menacées

Conservation et développement local dans la réserve de faune de Douala-Edea

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Conservation et développement local dans la réserve de faune de Douala-Edea
  • Bénéficiaire KUD'A'TUBE
  • Montant du projet € 40 559
  • Subventions FFEM € 20 300
  • État du projet achevé

Kud’a Tube est la principale organisation intervenant sur les tortues marines au Cameroun. L’association fait partie du réseau Protomac dont elle applique les méthodes et qui évalue son travail régulièrement. Kud’a Tube a déjà bénéficié d’un PPI dont les résultats sont satisfaisants.

Le présent projet poursuit le travail de conservation des tortues commencé à Campo-Ma’an, et s’étend désormais plus au Nord, vers la Réserve de Douala-Edéa (Sud-Est du Cameroun, 128 000 Ha).

L’ONG collabore sur ce projet avec WWF et WCS qui mènent un plaidoyer auprès de l’Etat en faveur du reclassement de la Réserve en Aire Protégée.

Dans la Réserve, parmi 80 espèces de grands et moyens mammifères, on trouve beaucoup d’espèces classées UICN telles que le drill, l’éléphant de forêt, le lamantin, le céphalophe bleu, le chimpanzé et parmi la faune herpétologique remarquable, le crocodile nain, et 4 espèces de tortues marines (tortue verte, tortue imbriquée, tortue luth, tortue olivâtre). Toutefois, les données relatives à ces populations sont très insuffisantes pour prendre des mesures de conservation appropriées. Le braconnage (des lamantins dans les cours d’eau, des tortues sur les plages, et des éléphants dans leurs couloirs de migration (conflits liés aux dégâts occasionnés sur les cultures) et la dégradation de l’habitat par les populations autochtones se poursuivent de façon intensive en raison d’une insuffisance de moyens alternatifs proposés à la population.

L’objectif à court et moyen terme est de contribuer à la conservation de la biodiversité de la réserve de Douala-Edéa par la protection des espèces phares tout en appuyant l’état camerounais dans le processus de reclassement de la réserve en Parc National, incluant une aire protégée marine gérée de façon participative avec les populations riveraines.

Huit villages principaux sont concernés par le projet pour une population 3 000 habitants qui constituent les bénéficiaires du projet. Il s’agit des villages Moudiyé, Mombo, Motimbo, Sitane, Gabon, London, Eboule Lombe et Mpêt.