• Sauvegarde des espèces menacées

Conservation des girafes du Niger et développement communautaire

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Conservation des girafes du Niger et développement communautaire

L’Association pour la Sauvegarde des Girafes du Niger intervient depuis plus de dix ans pour protéger la dernière population de girafes d’Afrique de l’Ouest, unique représentante de la sous espèce Peralta qui a pour particularité de cohabiter avec les populations locales.

 

A la fin des années 90, une « zone girafe » a été définie au Niger au niveau du plateau du Kouré et Dallol Bosso. A cette période, la population de girafes comptait une centaine d’individus et était fortement menacée d’extinction. Aujourd’hui la situation s’est améliorée et près de 200 girafes exploitent une superficie estimée à environ 40 000 km².

Cette zone girafe a la particularité d’être une des régions les plus densément peuplées au Niger. Les habitants de la zone d’intervention du projet vivent dans une grande précarité et sont pour la plupart éleveurs ou agriculteurs.

Sous l’effet de la pression démographique, la rapide expansion des champs se fait au détriment de la brousse tigrée, dont les girafes tirent leur nourriture.

 

En conséquence, l’augmentation des conflits entre les hommes et les girafes en raison de la baisse de l’espace disponible constitue la menace la plus importante à court terme. Les habitants de la zone accusent les girafes de manger leurs récoltes là où les girafes voient leur habitat se réduire drastiquement pour laisser place à des terres cultivées ou des sols nus. Ce phénomène pousse actuellement les girafes à rechercher de nouveaux territoires et habitats.

Ainsi, depuis 2008, une vingtaine d’individus sont localisés à Fandou, à 80 km au nord de Kouré, hors de leur zone d’occupation habituelle.

Le projet a pour principal objectif de prévenir le conflit entre les hommes et les girafes. Près de 220 villages et hameaux sont concernés par le projet, soit une population totale de 11 000 familles et de 73 000 habitants. Le projet permettra de mieux connaitre la zone d’expansion des girafes.