• Sauvegarde des espèces menacées

Action pour la conservation et la gestion des populations de lamantins du Sénégal

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Action pour la conservation et la gestion des populations de lamantins du Sénégal
  • Bénéficiaire Noé
  • Montant du projet € 50 500
  • Subventions FFEM € 20 000
  • État du projet achevé

Les lamantins sont connus pour exploiter une grande variété d’habitats : les eaux côtières, les estuaires, les rivières et les lagons ; et peuvent se déplacer sur des distances relativement importantes pour rejoindre leurs sites d’alimentation.

Si les populations de lamantins des Antilles sont relativement bien étudiées, la connaissance actuelle des effectifs, de la structure et du statut des populations africaines est beaucoup plus limitée, du fait des trop rares observations d’animaux dans ce secteur liées à la nature même de leur habitat et de sa turbidité. Ce manque de connaissance limite la mise en place d’actions de préservation de l’espèce et des milieux qu’elle fréquente.

 

Fin Décembre, un groupe de lamantins pris au piège par la baisse du niveau des eaux du fleuve Sénégal dans la région de Matam (Ferlo, Nord Est du Sénégal) est observé par l’équipe de l’ONG « Océanium ». Le régime climatique de la zone suggère que les lamantins n’auront pas la possibilité de rester en vie jusqu’au retour de la prochaine saison des pluies (fin Juin – début Juillet). Leur sauvetage doit donc être envisagé. La capture des individus constitue une occasion unique de mise en place d’un suivi scientifique de ce groupe de lamantins et ainsi de renforcer les connaissances et les actions de conservation de l’espèce.

Les objectifs sont de sauver ce groupe de lamantins, d’évaluer le statut de chaque individu sur le plan physiologique, sanitaire (sexe, taille, masse, statut reproducteur, état nutritionnel, contaminations par métaux lourds, pesticides, etc.), de préciser la structure génétique de ce groupe de lamantins en relation avec celle des populations des pays voisins, d’étudier les modalités d’utilisation de l’espace par l’espèce dans un contexte fluvial et d’en tirer les informations nécessaires à la mise en place d’un plan de protection de la zone et des lamantins, de développer dans le cadre du PRCM et en collaboration avec Wetlands International un cadre favorable à la préservation des lamantins dans les zones identifiées comme prioritaires et en lien étroit avec les populations locales et enfin de sensibiliser les populations locales et le grand public en général à la préservation de cette espèce et des espèces aquatiques.

 

Les informations recueillies doivent permettre de mieux préciser les actions à mener pour préserver les dernières populations de lamantins d’Afrique de l’Ouest, espèce particulièrement vulnérable.