• Sauvegarde des espèces menacées

Vers une conservation communautaire des primates menacés dans la forêt d’Ebo, Cameroun

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Vers une conservation communautaire des primates menacés dans la forêt d’Ebo, Cameroun

Le parc national proposé d’Ebo (ENP, 1110 km2), situé à environ 60 km de Douala, dans la région du Littoral, est l’une des reliques les plus importantes de forêt à couvert fermé dans le hotspot de la biodiversité du golfe de Guinée où les chimpanzés du Nigéria-Cameroun (Pan troglydtes ellioti, EN), les gorilles – de taxonomie inconnue (Gorilla gorilla sp., CR), les éléphants (Loxodonta cyclotis, EN), les drills (Mandrillus leacophaeus, EN) et le colobe roux de Preuss (Piliocolobus preussi, CR) peuvent être trouvés. En 2007, le WWF et le San Diego Zoo Global ont initié le processus de création d’un parc national, mais le WWF a abandonné après 6 ans et à ce jour le parc national d’Ebo n’a pas encore été classé par le gouvernement du Cameroun.

L’ENP est principalement menacé par le braconnage et le trafic illégal mais aussi par l’exploitation forestière illégale et la mise en place d’une vaste plantation de palmiers à huile dans la zone tampon au nord-ouest. Cette plantation a non seulement détruit les populations essentielles de primates et leur habitat, mais risque d’exacerber la chasse et la destruction de l’habitat, car de nombreuses personnes qui inondent la zone pour des emplois mal rémunérés pourraient chercher à compléter leurs maigres revenus par la chasse et l’agriculture de subsistance.

Le directeur de l’association Ebo Forest Research Project, Dr. Abwe, est le secrétaire général de la Société Africaine de Primatologie et également membre du comité exécutif de la section des grands singes (SGA) du groupe de spécialistes des primates de l’UICN.

Les objectifs ultimes du projet sont de développer le futur parc national d’Ebo en une zone protégée bien soutenue et gérée, et de faire de la forêt d’Ebo une vitrine pour la recherche sur les primates et la base de conservation dans le hotspot de la biodiversité du golfe de Guinée.