• Conservation des écosystèmes

Restauration et protection des écosystèmes et de la biodiversité des Monts Bamboutos

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Restauration et protection des écosystèmes et de la biodiversité des Monts Bamboutos

Ce projet mis en œuvre au sein du Mont Bamboutos, troisième massif montagneux camerounais couvrant près de 20 000 ha, découle du constat que cet écosystème subit depuis plusieurs décennies des pressions de natures multiples ayant perturbé les équilibres écologiques caractéristiques de cet écosystème.

 

Ce phénomène renforce la précarité d’un nombre important de communautés environnantes, fortement dépendantes des services écologiques de ce massif, mais également l’ensemble des habitants du bassin versant du Mont, ceux-ci dépendant de la bonne santé de cet écosystème pour leur approvisionnement en eau potable.

 

Le portage de ce projet est original dans la mesure où il s’agit d’un consortium de 3 ONG partenaires du PPI intervenant historiquement séparément au sein du Mont Bamboutos, à savoir le GADD, ERuDeF et ACREST. Chaque ONG a un avantage comparatif dans un des axes d’intervention du projet à savoir i) l’agriculture durable (GADD), ii) la conservation et l’aménagement du territoire (ERUDEF) et iii) les énergies renouvelables (ACREST). Chaque ONG intervient historiquement dans un groupement différent et conservera le lead au sein de ce groupement, tout en recevant un accompagnement technique de la part des deux autres membres du consortium sur leurs thématiques de prédilection.

La finalité du projet est de contribuer à augmenter la durabilité des systèmes agricoles en place dans le Mont Bamboutos et ainsi des conditions de vie à long terme des populations riveraines, le tout en cherchant à préserver l’intégrité du Mont, à conserver sa biodiversité ainsi que les services écosystémiques.

 

Pour y parvenir, les objectifs spécifiques seront de promouvoir des pratiques agricoles durables et l’agroforesterie, d’introduire des énergies renouvelables et technologies appropriées, notamment au sein des processus agricoles, de restaurer les écosystèmes et conserver la biodiversité, le tout en suivant des principes de participation et d’implication des parties prenantes permettant de promouvoir la bonne gouvernance territoriale.