• Lutte anti-braconnage

Renforcement de la lutte anti-braconnage dans le complexe écologique PoNaSi

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Renforcement de la lutte anti-braconnage dans le complexe écologique PoNaSi

Le complexe, appelé Pô-Nazinga-Sissili (PoNaSi, 355 700 ha), est situé à cheval sur les régions du Centre Sud et Centre-Ouest du Burkina Faso. Ce Complexe est, (avec le Complexe du WAP dans l’Est), une des dernières grandes zones d’écosystèmes forêts-savanes soudano-sahéliens du pays réservée à la faune et la forêt au Burkina Faso et constitue le dernier continuum écologique d’importance du sud et abrite une grande diversité floristique, halieutique et faunique. Il abrite des espèces emblématiques dont une des dernières populations d’éléphants (‎Loxodona africana, VU) encore conséquentes (+-700), de nombreux buffles (Syncerus caffer, NT), et des antilopes diverses telles que les cobs, cobs defassa, bubales, antilopes rouannes, ourébis, guibs harnachés, différentes espèces de céphalophes, … Néanmoins, le complexe PoNaSi est fortement appauvri dans son ensemble et a perdu en diversité animale, notamment par l’absence de grands carnivores (lions, léopards). La majorité de la faune se concentre à Nazinga, espace disposant d’aménagements en faveur de la faune tels que des retenues d’eau, et où les efforts de préservation ont été concentrés.

 

Les menaces sont intenses et croissantes: braconnage de subsistance (local) et braconnage commercial (transfrontalier), pâturage du bétail dans les aires protégées, déforestation et carbonisation, avancée fulgurante du front agricole, feux de brousse non maîtrisés, accaparement des terres cultivables par des investisseurs agricoles privés (entraînant des défrichements incontrôlés et la pollution des ressources naturelles par l’utilisation de pesticides et d’herbicides), activités minières illégales. De plus, le Burkina Faso traverse actuellement une crise sécuritaire sans précédent et les aires protégées sont des refuges prisés pour les criminels qui peuvent y établir des camps dans des zones reculées et bénéficient dès lors d’un accès sans limite aux ressources naturelles qu’ils peuvent utiliser pour financer leurs actions. Les éco-gardes, bien entrainés, permettent non seulement de protéger les ressources naturelles contre une exploitation illégale et non durable, mais constituent également bien souvent la première force faisant barrière contre les brigands et le terrorisme dans la région.

 

L’objectif de ce projet est de consolider la sécurisation et la bonne gouvernance du complexe PoNaSi et de sa périphérie afin d’aboutir à une diminution importante de l’insécurité, du braconnage et du trafic de faune, et à une meilleure implication des communautés locales aux activités de conservation de ces zones protégées.