• Résolution des conflits Hommes-Animaux

Renforcement de la gouvernance inclusive de l’écosystème du Refuge des hippopotames sacrés de Woozi

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Renforcement de la gouvernance inclusive de l’écosystème du Refuge des hippopotames sacrés de Woozi
  • Bénéficiaire BISSAKOUPOU
  • Montant du projet 70 000 €
  • Subventions FFEM 35 000 €
  • État du projet en cours

Le refuge local de Woozi est situé à quelques dizaines de Km en amont du site RAMSAR de Bagré. C’est un écosystème qui a été fragmenté en deux grands blocs suite à la mise en eau du barrage de Bagré en 1992. Le premier bloc est situé sur la rive Ouest dans le département de Boussouma (province du Boulgou) à 54 km à l’Ouest de Tenkodogo chef-lieu de la province et à 20km du siège de l’association. Le second bloc (le refuge d’hippopotames) est situé sur la rive Est et dépend du département de Gon-boussougou (Province Zoundweogo) à 40 km de Manga chef-lieu de la province et à 125km du siège de l’association.

 

Les résultats des études réalisées en 2000 donnaient une population d’hippopotames de 154 individus sur les deux rives, dont 61 individus sur la rive Ouest.

 

Le principal problème environnemental qu’entend traiter ce projet concerne la réduction et la perturbation de l’habitat naturel des hippopotames sacrés de Woozi. La création du lac artificiel a engendré des perturbations locales et régionales des écosystèmes existants, des systèmes de production et des tissus socioculturels qui assuraient la subsistance et la cohésion sociale des communautés de la zone.

 

Sur le plan écologique, la perte la plus ressentie fut l’engloutissement de la mare aux hippopotames sacrés de Woozi et ses habitats connexes qui a entraîné une dispersion des hippopotames le long des rives gauche et droite ainsi que dans d’autres communes riveraines du lac comme Gogo, Niaogho, Béguédo, Bagré. Lesquels font des dégâts sur les cultures maraîchères et les champs situés sur leurs parcours, malgré les tentatives de protection des sites avec des clôtures de fortune (en pailles) et peuvent être la cause de la destruction d’engins de pêche et / ou représenter un risque d’attaques mortelles pour les pêcheurs du lac. L’inexistence des zones de pâture bien définies, la dégradation des habitats et des berges ont eu comme conséquence la diminution des ressources alimentaires pour les hippopotames. A cela s’ajoute les différentes activités humaines (maraichage, installation des campements des pêcheurs, etc.) qui ont fortement contribué à rétrécir les zones de pâture des hippopotames généralement contribuant à un conflit hommes-animaux.