• Sauvegarde des espèces menacées

Renforcement de la conservation marine et côtière en Afrique Centrale

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Renforcement de la conservation marine et côtière en Afrique Centrale

La zone géographique concernée par le projet est l’Afrique Centrale, plus précisément les six pays disposant d’une façade sur l’Atlantique : République Démocratique du Congo, République du Congo, Gabon, Guinée Equatoriale (incluant l’ile de Bioko), Sao-Tomé-Et-Principe et le Cameroun.

 

Les zones côtières de ces 6 pays accueillent des pontes des cinq espèces de tortues marines suivantes : la tortue luth (Dermochelys coriacea, VU), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea, VU), la tortue verte (Chelonia mydas, EN), la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata, CR) et la tortue caouanne (Caretta carretta, VU). Les côtes de l’Afrique Centrale comptent des sites d’importance mondiale pour les tortues marines. Les plages qui s’étendent du sud du Gabon au nord de la République du Congo concentrent le plus grand nombre de ponte de tortues luths au monde.

 

Les principales menaces qui pèsent sur les tortues marines en Afrique Centrale sont le braconnage des femelles en ponte et la collecte des nids, les captures accidentelles par les pêcheries artisanales et industrielles, la dégradation de l’habitat côtier par l’urbanisation et l’exploitation des ressources, la pollution et les effets du changement climatique (augmentation du niveau des océans et érosion côtière).

 

Depuis sa création en 2012, et grâce à l’appui du PPI (4.3), Rastoma soutient les organisations de la société civile africaine et les personnes impliquées dans la conservation des tortues marines en Afrique Centrale. Rastoma agit pour le maintien et le renforcement sur le long terme des populations de tortues marines dans leurs habitats naturels en Afrique Centrale. Le réseau bénéficie désormais d’une forte implantation et d’une bonne représentativité régionale puisqu’il regroupe désormais 9 ONG et 25 individus membres issus les six pays de la sous-région donnant sur l’Atlantique. Au cours des deux dernières années, le réseau s’est renforcé et structuré avec notamment le recrutement d’un coordinateur du projet et l’établissement d’un bureau régional au Cameroun. Grâce aux formations et aux concertations organisées par Rastoma, les membres ont renforcé leurs capacités et ont développé un fort esprit d’équipe.

L’objectif général de ce projet est de poursuivre la dynamique engagée et de développer des synergies entre les membres du réseau et renforcer leurs capacités, leur influence et leur impact afin d’aboutir à une conservation durable des tortues marines et de leurs habitats en Afrique Centrale.

 

Les 4 objectifs spécifiques sont de favoriser les synergies entre les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux à l’échelle nationale et régionale, de soutenir la recherche de financement par le renforcement des capacités, la collaboration, les outils et l’amélioration de la visibilité des ONGs, de renforcer l’implication des communautés côtières dans les projets de conservation en Afrique Centrale et d’harmoniser la stratégie d’acquisition de données sur les tortues marines à l’échelle de l’Afrique Centrale et coopérer plus étroitement avec le SWOT (State of the World’s Sea Turtle).