• Résolution des conflits Hommes-Animaux

Protection communautaire des hippopotames de la Ruzizi et Lac Tanganyika

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Protection communautaire des hippopotames de la Ruzizi et Lac Tanganyika

La rivière Ruzizi et le lac Tanganyika sont des habitats privilégiés des hippopotames à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) dans la province du Sud-Kivu. Cette zone transfrontalière avec le Burundi connait depuis plus d’une décennie des conflits internes. Ces phénomènes ont provoqué des mouvements de population importants et entrainé une forte croissance démographique dans la ville d’Uvira située à 122 km au Sud de la ville de Bukavu.

 

Alors que de l’autre côté de la frontière, au Burundi, se trouve une aire protégée (Réserve de la Ruzizi), site RAMSAR où les espèces bénéficient d’une protection effective, en RDC, certains habitats des hippopotames sont désormais anthropisés, occupés et dégradés. Les hippopotames en divagation à la recherche d’habitats sécurisés sont régulièrement braconnés et commercialisés par les militaires et les communautés locales, en raison d’un conflit homme animal grandissant et de contacts de plus en plus fréquents. Pour la seule année 2019, 4 décès humains et 7 cas de braconnage d’hippopotames (dont 4 par des militaires) sont à déplorer.

 

Outre cette pression directe liée au braconnage, la fragmentation de l’habitat constitue également une menace pour ce grand mammifère. Ce phénomène se manifeste fortement dans la plaine de la Ruzizi et sur les rives du lac Tanganyika, où la pression anthropique se fait croissante en raison d’une forte croissance démographique, de l’intensification des activités agricoles, de la construction d’infrastructures et des pressions liées à l’installation de réfugiés et populations déplacées en raison des conflits que connait la région. Tous ces facteurs accentuent les situations propices aux Conflits Hommes Animaux.

 

L’objectif de ce projet est de contribuer à mettre en œuvre des stratégies communautaires et participatives visant à protéger durablement les hippopotames de la plaine de la Ruzizi, à la fois en changeant la perception de l’animal et en cherchant à résoudre de manière participative le conflit homme hippopotame en cours.