• Création-Gestion d'aires protégées

Gestion participative de la biodiversité du Parc National du Haut Niger

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Gestion participative de la biodiversité du Parc National du Haut Niger

Classé comme Réserve de Biosphère et composé d’importantes étendues de forêts et de savanes, Le Parc National du Haut Niger (PNHN), d’une superficie totale estimée à 1200 000 ha, a été créé en 1997. Il est composé de deux secteurs conformément à ses deux zones centrales (MAFOU et KOUYA).

 

Ce parc représente l’une des réserves les plus importantes en Afrique de l’Ouest en termes de mammifères menacés tels que : Pantroglodytesverus (Chimpanzé commun), Panthera leo (Lion), Panthera pardus (Panthère), Synceruscaffercffer (Buffle noir), Hippopotamusamphibus (Hippopotame), Potamochoerusporcus (Potamochère), Phacochoerusaethiopicus (Phacochère), etc.

 

Traversée par le fleuve Niger et ses affluents, la zone est classée site Ramsar et constitue un refuge pour plusieurs oiseaux migrateurs. Ce site a plus de 300 espèces d’oiseaux et le parc a été reconnu Zone d’Importance pour les oiseaux par Birdlife. La préservation et gestion des aires protégées de ce parc restent un défi et une priorité urgente pour la nation ainsi que les institutions en charge de l’environnement.

 

Malheureusement, ces espèces ainsi que leurs habitats sont menacées par les pressions anthropiques auxquels les agents du Parc n’arrivent pas à faire face à eux seuls : principalement l’exploitation anarchique du bois, la chasse non contrôlée et les feux de brousse. Le projet entend donc contribuer à résoudre ces problématiques grâce à une meilleure implication des communautés locales dans la gestion du Parc. Le projet touchera 13 villages qui sont tout autour de la Zone Intégralement Protégée (55 400 ha), soit 2 000 personnes directement concernées par les actions.

 

Le projet sera réalisé en partenariat avec l’Antenne guinéenne de l’association ENERGIES 2050 qui a mis en place un partenariat avec GREENTRANSFORMATION 2050 portant, notamment, sur la lutte contre le changement climatique, le développement des communautés locales et le développement des énergies renouvelables durables.

 

L’objectif de ce projet est de contribuer à la gestion durable des ressources naturelles par une participation active des communautés locales.