• Lutte contre les changements climatiques

Gestion forestière durable et valorisation agricole des déchets en zone sahélienne

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Gestion forestière durable et valorisation agricole des déchets en zone sahélienne
  • Bénéficiaire IMPULSION
  • Montant du projet € 70 015
  • Subventions FFEM € 35 000
  • État du projet achevé

Impulsion intervient dans l’accès à l’eau (installation d’infrastructures hydrauliques) et aux sources d’énergie (bois énergie, jatropha) dans la commune de Barsalogho, située dans la région Centre-Nord du Burkina Faso, Province de Sanmatenga, à environ 150 km d’Ouagadougou.

Depuis sa création en 2004, Impulsion est soutenue par le Service Laïque de Coopération au Développement (SLCD, ONG belge), dont elle est le représentant au Burkina Faso et avec laquelle elle a mené en 2009 un projet de réhabilitation de 500 ha plantés en jatropha en utilisant l’huile produite comme carburant pour un groupe électrogène..

Le présent projet intervient dans la même commune rurale de Barsalogho et a pour objectif l’aménagement forestier de 7 forêts (14 260 ha) gérées par 7 Groupements de Gestion Forestière de (GGF) officiellement reconnus par les autorités, mis en place en 2009 par  l’ONG Tree Aid, un partenaire d’Impulsion. Les GGF, en tant que propriétaires des forêts, sont chargés de les protéger des coupes abusives, de planter des arbres, d’organiser la coupe de bois mort et de récolter les produits non ligneux.

Par ailleurs, Impulsion prévoit d’élaborer et faire valider par les autorités 2 plans de gestion pour les forêts de Korko (6496 ha) et Toécé (30 ha) et de clôturer à des fins de protection l’ensemble des 7 forêts avec des haies vives de Jatropha curcas (120.000 plants) et de reboiser avec 70 000 plants de 4 espèces menacées (Adansonia digitata, Parkia biglobosa, Vitellaria paradoxa, Bombax costatum) ceci afin de réhabiliter et de préserver leur biodiversité.

La collecte et  la commercialisation de produits forestiers ligneux (fourrage, bois) et non-ligneux (miel, balanites, fruits et feuilles de baobab, fruits d’Acacia machrostachya) permettra de diversifier et d’augmenter les revenus des 34 000 habitants des 13 villages directement concernés par le projet.

Les résidus de pressage de jatropha (environ 45 t en deux ans) seront valorisés comme engrais organique sur une surface de 24 ha, ce qui permettra de concilier la production d’agrocarburants et l’amélioration du rendement des cultures (production vivrière) en réduisant in fine la pression sur l’extension des surfaces agricoles au détriment des ressources forestières.