• Amélioration de la gouvernance territoriale

Gestion durable du bassin de la rivière Alibori (Nord Bénin)

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Gestion durable du bassin de la rivière Alibori (Nord Bénin)

Située au cœur du bassin cotonnier béninois, la rivière Alibori forme avec le Mékrou et la Sota le sous bassin du Fleuve Niger au nord-est du pays. L’Alibori, dans son cours inférieur, fait partie intégrante de la réserve de biosphère transfrontalière du Parc W (RBTW) de la forêt classée de Goungoun et de la zone cynégétique de la Djona dont les zones humides sont classées comme site Ramsar. Dans son cours supérieur, il traverse la forêt classée de l’Alibori supérieur et communique avec la Forêt classée des « Trois rivières » qui constituent d’importantes réserves fauniques et floristiques.

 

Les affluents et les mares ciblées dans le cadre du présent projet constituent des écosystèmes aquatiques de grande importance écologique dont dépendent plusieurs espèces de poissons et de reptiles, pour la plupart menacées. Environ 52 espèces de mammifères (hors petits rongeurs et chiroptères), 150 espèces de reptiles et 360 espèces d’oiseaux sont recensées dans la RBTW. Les espèces menacées sont le guépard (Acinonyx jubatus, VU), le lycaon (Lycaon pictus, EN), l’éléphant (Loxodonta africana, VU) et le lamantin (Trichechus senegalensis, VU).

 

L’extension de la monoculture du coton caractérisée par des pratiques culturales peu durables et l’utilisation excessive de produits phytosanitaires est la principale menace sur les écosystèmes du bassin de l’Alibori. Par ailleurs, les besoins croissants des populations en bois et en produits agricoles conduisent également à la déforestation massive des versants de la rivière Alibori et même à l’implantation des champs aux abords des affluents et mares.

 

L’objectif général du présent projet est de contribuer à l’amélioration de la gestion et de la gouvernance de 4 mares et 3 affluents de la rivière Alibori afin d’optimiser les bénéfices associés.

 

L’ONG AquaDeD travaille depuis 2010 aux côtés des communautés sur les questions liées à la réduction des pesticides et à une meilleure gestion des écosystèmes aquatiques. Dans le contexte actuel de décentralisation qui confère aux communautés locales la pleine autorité de gérer durablement leurs ressources naturelles, AquaDeD propose d’associer aux actions d’amélioration des pratiques agro-sylvo-pastorales actuelles, une approche visant le renforcement de la gouvernance locale des ressources naturelles.

 

L’objectif général du présent projet est de contribuer à l’amélioration de la gestion et de la gouvernance de 4 mares et 3 affluents de la rivière Alibori afin d’optimiser les bénéfices associés.