• Valorisation durable des ressources naturelles

Education environnementale et production de cacao dans la Réserve de Biosphère du Dja

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Education environnementale et production de cacao dans la Réserve de Biosphère du Dja

La Réserve de Biosphère du Dja (RBD), patrimoine mondial de l’UNESCO et plus grande Réserve du Cameroun est partagée en une Réserve de faune de 525.000 Ha (dont la majeure partie est en conservation intégrale) abritant des populations importantes de gorilles, chimpanzés et éléphants, et une zone périphérique de 950.000 Ha au nord de laquelle le projet intervient. La RBD doit faire face à différentes pressions à la fois d’origine locale (braconnage, agriculture sur brûlis), et extérieure, en particulier liée à la reconversion de la forêt en plantations de palmiers à huile et cacao. Le cacao représente à l’heure actuelle 50% des revenus des ménages de la périphérie de la RBD. Si la conservation de la RBD est soutenue par des bailleurs de fonds et que des activités sont mises en œuvre par de grosses ONG internationales, l’appui économique aux communautés en périphérie de la réserve a clairement été négligé par les acteurs de la conservation, en dehors de l’appui aux forêts communautaires qui atteignent aujourd’hui leurs limites en matière de développement local. Afin de sortir de la situation où les logiques entre usagers du territoire et gestionnaires s’opposent, il est nécessaire de soutenir le développement économique durable en périphérie de l’Aire Protégée.

Les objectifs du projet sont d’éviter la déforestation pour la production de cacao tout en offrant une source de revenus aux producteurs, d’appuyer les producteurs de cacao dans leur structuration pour l’écoulement des produits, de promouvoir l’éducation environnementale portant sur les grands singes dans les écoles primaires à la périphérie nord de la RBD.

Les bénéficiaires directs du projet sont environ 375 personnes vivant dans la zone du projet (cacaoculteurs, élèves, enseignants). Les bénéficiaires indirects sont la Mairie de Messamena et les services de Conservation de la RBD.