• Création-Gestion d'aires protégées

Démontrer comment le développement économique peut stimuler la conservation communautaire transfrontalière

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Démontrer comment le développement économique peut stimuler la conservation communautaire transfrontalière

Ce projet se concentre sur deux forêts tropicales appartenant aux communautés, la forêt de Kwabre (2 500 ha) à l’ouest du Ghana et la forêt communautaire de Tanoé (12 000 ha) à l’est de la Côte d’Ivoire. Ces deux forêts tropicales se trouvent juste en face l’une de l’autre de chaque côté de la rivière Tanoé qui forme la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire. Les deux forêts tropicales sont situées dans la forêt tropicale de Haute-Guinée, classée parmi les 25 zones clés pour la biodiversité de l’UICN. C’est une zone de fort endémisme avec 1 800 plantes endémiques, 31 oiseaux endémiques menacés, 35 mammifères endémiques menacés et 49 amphibiens endémiques menacés. L’ouest du Ghana et l’est de la Côte d’Ivoire sont considérés comme une zone secondaire d’endémisme avec une communauté distincte de primates et d’autres mammifères qui ne sont présents que dans cette région, notamment le cercopithèque Diane de Roloway en danger critique d’extinction (Cercopithecus Roloway), l’un des 25 primates les plus menacés d’extinction (Mittermeier et al., 2014), le mangabey à cou blanc en danger critique d’extinction (Cercocebus lunulatus) et peut-être le colobe rouge de Miss Waldron (Procolobus badius waldroni) qui a été déclaré éteint en 2000 (Mittermeier et al., 2009). Cette incidence élevée d’observations de primates en voie de disparition est actuellement attribuée à l’accès extrêmement difficile en raison des niveaux élevés d’eau dans la forêt tropicale pendant la majeure partie de l’année.

 

Dans ces deux pays, l’administration en charge de la gestion des ressources naturelles développe des mécanismes et des outils pour impliquer les communautés locales dans la gouvernance et la gestion de certaines ressources naturelles. Au Ghana, les zones de gestion des ressources communautaires (CREMA) sont actuellement en cours de développement en tant que principal mécanisme institutionnel utilisé par le gouvernement pour mettre en œuvre une gestion collaborative durable des ressources naturelles en dehors des aires protégées.

 

Une telle initiative est également développée côté Côte d’Ivoire grâce à la loi de 2002 relative à la création, au financement et à la gestion des ressources naturelles en Côte d’Ivoire. Malgré cette loi établie depuis 2002, le site du projet est le premier en Côte d’Ivoire où une telle initiative est en cours. La conversion de l’utilisation des terres de l’agriculture de subsistance et l’utilisation des produits de la forêt tropicale, principalement pour la production de cacao, d’huile de palme et de caoutchouc, accélère la déforestation et la dégradation et les politiques de sous-traitance promus par les grandes entreprises de cacao, d’huile de palme et de caoutchouc entraînent l’insécurité alimentaire, le déplacement des métayers et de la pauvreté croissante. L’exploitation forestière et minière excessive ainsi que l’empiètement de la population humaine ont laissé des restes fragmentés de forêt tropicale. La chasse intensive pour la viande de brousse créée un facteur de stress supplémentaire pour les populations vulnérables d’espèces sauvages, les estimations du commerce de la viande de brousse atteignant 400 millions de dollars par an au Ghana et 500 millions de dollars en Côte d’Ivoire.

 

Ce projet est entrepris par WAPCA au Ghana et ACB-CI (avec le Centre Suisse de Recherches Scientifiques) en Côte d’Ivoire. Ce projet vise à démontrer l’efficacité du modèle de conservation communautaire et innove en étant une collaboration transfrontalière. Il développe également des chaînes de valeur vertes qui adaptent les meilleures pratiques mondiales au contexte local en partenariat avec des entreprises privées, des communautés locales et des organismes gouvernementaux.