• Sauvegarde des espèces menacées

Initiatives communautaires pour la protection et la conservation des chimpanzés et des habitats autour du parc national de Bakossi

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Initiatives communautaires pour la protection et la conservation des chimpanzés et des habitats autour du parc national de Bakossi

La Kupe Muanenguba Division, située dans la région du sud-ouest du Cameroun, est l’un des hotspots de biodiversité au Cameroun. Cette zone forestière abrite trois principales aires protégées, à savoir le parc national de Bakossi, le sanctuaire de faune de Banyan Mbo et les réserves écologiques intégrales proposées de Kupe et Muanenguba, qui constituent l’ensemble de la réserve de Bakossi.

La réserve forestière de Bakossi est une réserve de 55 1700 ha dans les montagnes de Bakossi au Cameroun et abrite de nombreuses espèces rares de plantes, d’animaux et d’oiseaux avec 849 espèces d’oiseaux, 190 espèces de reptiles et 297 espèces de mammifères, y compris des chimpanzés (Pan Troglodytes, EN) et des drills (Mandrillus leucophaeus, EN).

La zone est actuellement considérée à un niveau critique de menaces car le taux d’expansion de la population a eu d’énormes conséquences négatives sur l’environnement, en particulier les espèces animales et les habitats naturels. Les communautés locales n’ont pas été associées dans la création et la gestion de ces aires protégées dans le paysage de Bakossi alors que près de 80 villages ayant approuvé la création du parc national de Bakossi, moins de 10% de ces villages contribuent à la protection des chimpanzés dans le parc et les zones tampons. Cela peut être une conséquence de l’absence d’alternatives viables aux activités illégales (coupes de bois, les empiétements et l’augmentation du commerce des chimpanzés et d’autres espèces dans la zone) et parce qu’ils ne sont pas reconnus comme propriétaires / gardiens de ces animaux autour d’eux. Un groupe de chasseurs tue au moins 5 chimpanzés tous les deux mois.

Le Centre pour la régénération et le développement communautaires (CCREAD), créé en 2006, a pour mission principale la promotion de l’autonomisation sociale et économique des personnes et des communautés à travers des initiatives de développement et de conservation de la biodiversité menées par les communautés.

L’objectif global de ce projet de conservation intégrée est d’impliquer les communautés locales dans la protection des grands singes autour du parc national de Bakossi.