• Sauvegarde des espèces menacées

Conservation communautaire d’une forêt sub-montagneuse dans le nord-ouest du Cameroun

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Conservation communautaire d’une forêt sub-montagneuse dans le nord-ouest du Cameroun
  • Bénéficiaire SEKAKOH
  • Montant du projet 91 173 €
  • Subventions FFEM 44 000 €
  • État du projet achevé

La Réserve Forestière de Kom-Wum (KWFR), située au centre de la région Nord-Ouest du Cameroun (500 km de Douala et 50 km de Bamenda), abrite six espèces de singes, une espèce de grands singes, quatre espèces de galagos et deux espèces de pottos. Parmi ces taxons, six sont endémiques au niveau régional et cinq intégralement protégés par la loi camerounaise sur la faune.

En 2011, dans un plan d’action régional pour la conservation des chimpanzés Nigéria-Cameroun (Pan troglodytes ellioti, EN), la KWFR a été mentionnée comme site de conservation prioritaire pour ce chimpanzé. Depuis la publication de ce document, d’autres recherches ont été menées (notamment par le Projet Ellioti et SEKAKOH) et ont prouvé la présence non seulement de chimpanzés (peut-être deux groupes distinctifs) mais aussi de six espèces de singes (y compris le singe de Preuss en voie de disparition et endémique, Allochrocebus preussi) et six espèces de primates nocturnes (quatre galagos et deux pot). La survie des primates dans ce site est probablement due au terrain difficile du KWFR qui se situe entre 700 et 1 300m d’altitude, et aux relativement petites communautés vivant aux alentours (un total de moins de 8 000 personnes pour 5 villages voisins).

Des signes de potamochères (Potamochoerus porcus) et de différentes espèces de céphalophes ont également été remarqués récemment. L’avifaune n’a pas été formellement étudiée mais la présence du Touraco géant (Corythaeola cristata) et du Calao à joues grises (Bycanistes subcylindricus) ont été vérifiées.

Les hautes terres de Bamenda étant connues pour leur importance agricole au Cameroun, une grande partie des terres arables de la région a été transformée en plantations ou pâturages à petite ou grande échelle. Un ensemble de réserves forestières a été créée au siècle dernier pour protéger les habitats naturels, mais en raison d’une mauvaise gestion, la plupart de ces zones protégées ont été négligées. En conséquence, la mégafaune (l’éléphant d’Afrique, Loxodonta africana, le buffle d’Afrique, Syncerus caffer et l »hippopotame, Hippopotamus amphibius) est maintenant considérée comme éteinte, et les forêts d’origine des basses terres, des sous-montagnes et des montagnes sont fortement menacées. Il existe également des menaces dues à la chasse, ainsi qu’à la récolte non durable des produits forestiers non ligneux (PFNL).

Ce projet sera réalisé par 2 ONG locales (SEKAKOH et SURUDEV) en étroite collaboration avec le conseil municipal de Fundong. SEKAKOH a été créée en 2015 avec pour mission principale de conserver les habitats naturels et la faune sauvage tandis que SURUDEV a été créée en 2007 pour porter des initiatives de développement durable au Cameroun.

En effet, alors que le ministère camerounais des Forêts et de la Faune (MINFOF) est prêt à céder la propriété des terres et la gestion aux collectivités locales, le KWFR est en cours de cession aux Conseils de Fundong (80% des terres) et Wum (20%). Le Conseil de Fundong initie déjà la rédaction d’un plan de gestion.

Le site du projet, (environ 8 500 ha) appelé forêt de Kom, comprend la partie de la KWFR au sein du conseil de Fundong et de 4 villages autour.

Ce projet vise à préserver l’habitat naturel des Pan troglodytes ellioti dans la forêt de Kom et à soutenir l’amélioration de la gouvernance du territoire à travers un appui à la gestion de cette aire protégée par le conseil local de Fundong et à la création de la forêt communale de Kom.