• Amélioration de la gouvernance territoriale

Appui à l’amélioration de la gouvernance territoriale en vue de la gestion durable des ressources naturelles à la périphérie de la Réserve de Biosphère du Dja (RBD)

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Appui à l’amélioration de la gouvernance territoriale en vue de la gestion durable des ressources naturelles à la périphérie de la Réserve de Biosphère du Dja (RBD)

Le projet sera mis en œuvre dans la région de l’Est Cameroun, à la périphérie la Reserve de Biosphère du Dja (RBD). La RBD (526 000 ha), patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987, constitue la plus grande aire protégée du Cameroun et abrite des populations importantes de gorilles, chimpanzés et éléphants. Il existe également une zone dite périphérique de 950 000 ha au Nord de la Réserve ou interviendra le projet. La plupart des espèces phares (gorilles de plaines, chimpanzés, éléphant de forêt) sont en situation de déclin spectaculaire depuis les années 1970.

 

Les menaces se classent en 2 catégories. Premièrement, les pressions liées à l’exploitation des ressources naturelles (forêts, mines, etc.), au développement des plantations agro-industrielles (hévéaculture) et la construction du barrage hydroélectrique de Mekim situé sur la rivière Dja. Deuxièmement, les pressions liées au trafic, via le braconnage et la commercialisation d’espèces sauvages menacées.

 

Depuis 2010, TF-RD intervient dans 23 villages situés à la périphérie Nord de la RBD.  Avec l’appui financier et technique du PPI, MAN AND NATURE, le MINRESI ou encore AWF, TF-RD a réussi à développer une approche basée sur le développement de chaînes de valeurs centrées sur des produits agroforestiers tels que le cacao et Produits Forestiers Non ligneux (PFNL) tels que le Moabi, la Mangue sauvage, le Njansang et le Mbalaka.

 

De manière générale, le projet vise à créer un cadre de dialogue entre acteurs locaux à la périphérie de la RBD pour y améliorer la gouvernance territoriale et in fine la gestion durable des ressources naturelles. De manière spécifique, il s’agira de créer à la périphérie de la RBD des partenariats solides entre les communautés locales et les sociétés d’exploitation forestière pour une gestion équitable des ressources naturelles (PFNL) et de protéger le Moabi (Baillonella toxisperma) en sensibilisant les populations à la valeur de ses fruits plutôt qu’au bois.