• Création-Gestion d'aires protégées

Collaborative Ecosystem Conservation of Ghana’s Lake Bosumtwi Basin

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Collaborative Ecosystem Conservation of Ghana’s Lake Bosumtwi Basin
  • Bénéficiaire A ROCHA Ghana
  • Montant du projet 70 370 €
  • Subventions FFEM 35 000 €
  • État du projet achevé

A Rocha Ghana est une importante ONG qui bénéficie de financements de l’AfD/FFEM (projet Territoires de conservation), de l’USFWS, de l’UNESCO et IUCN Netherlands ; elle a une solide expérience dans l’établissement de CommunityREsources Management Areas (CREMA) à la périphérie des aires protégées du Ghana (PN Mole, Bia Conservation Area, etc.) avec pour résultat la protection par les communautés de 120 000 ha.

En effet, depuis 2001, l’Etat ghanéen, via la Wildlife Division du Ministry of Land and Natural Resources, autorise la création de CREMA, un système de transfert de gestion des ressources naturelles aux communautés, en délivrant un certificat officiel.

 

Le projet est situé à 35 km au Sud de Kumasi, région de l’Ashanti, près du Lac de Bosumtwi, un des six plus grands lacs météoriques du monde, et le seul lac naturel du pays, qui couvre une surface de 5200 ha. Des habitats forestiers mélangés à d’autres typiques des zones humides rendent la faune et la flore uniques : on y trouve beaucoup d’espèces endémiques en particulier 11 espèces de cichlidés (Hemichromisfrempongi and Tilapia busunama), des colobes blancs et noirs, des civettes, des céphalophes. Un système de grottes sacrées rend la zone importante également pour ses aspects culturels et traditionnels.

L’écosystème lacustre est cependant très menacé par la surexploitation de la pêche (environ 1000 pêcheurs vivent le long des berges du lac) et par les autres activités humaines qui polluent les eaux du lac, qui n’est pas doté d’exhaure, ce qui provoque la stagnation et l’eutrophisation de l’eau.

 

Pour tenter de protéger le lac, entre 2011 et 2012, l’UNESCO a travaillé avec ARG, Friends of the Earth et le Forest Research Institute Ghana (FORIG) pour amorcer le processus de création d’une réserve de la biosphère incluant le lac, mais sa durabilité ne pourra pas être assurée sans l’implication et le renforcement des capacités des communautés qui y vivent, d’où l’intérêt de créer une CREMA qui couvre les 5200 ha, incluant un noyau dur dédié à la conservation, et de poursuivre le développement d’AGR initiées par le projet Unesco.

 

26 communautés (et villages) regroupant environ 12 000 personnes (200 ménages) seront concernées par la création de la CREMA autour du périmètre du lac (32 km environ).Le processus de création d’une CREMA prend 3 ans ; le PPI soutiendra la phase de 2 ans qui amène à la reconnaissance des lois traditionnelles, à l’établissement des structures légales de gestion de la Crema (le Community Resources Management Committee  – CRMC – et le Crema Executive Committee – CEC) et au renforcement des capacités des gestionnaires.