• Conservation des écosystèmes
  • Création-Gestion d'aires protégées

Renforcement de la conservation de la biodiversité du Lower Ankobra River Basin par la création d’une CREMA

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Renforcement de la conservation de la biodiversité du Lower Ankobra River Basin par la création d’une CREMA
  • Bénéficiaire HEN MPOANO
  • Montant du projet 70 018 €
  • Subventions FFEM 35 005 €
  • État du projet en cours

Le bassin inférieur du fleuve Ankobra (LARB) qui couvre environ 5 880 hectares de terres et d’eau de la partie sud en aval du bassin d’Ankobra se situe dans deux limites administratives, à savoir les zones municipales d’Ellembelle et de Nzema East dans la région occidentale du Ghana.

 

Les communautés riveraines du LARB dépendent fortement des ressources naturelles associées au bassin fluvial et les exploitent pour leur sécurité alimentaire et de subsistance, ce qui entraîne la dégradation de ces ressources. Les forêts marécageuses et terrestres sont des sources de bois pour la construction de logements; les mangroves sont exploitées comme bois de chauffe pour le fumage du poisson ; les poissons du fleuve et de l’estuaire sont récoltés pour la consommation des ménages et vendus sur le marché local ; les crocodiles, les pangolins et les singes des marécages et des forêts sont chassés illégalement comme gibier pour la consommation des ménages ; les terres riveraines sont la principale source de sols agricoles pour la production de cultures vivrières. Cela menace de plus en plus la qualité et l’étendue des habitats de la flore et de la faune. L’agriculture le long des rives du fleuve réduit sa zone tampon, les opérations illégales à la scie à chaîne, le défrichement de la forêt pour la combustion de charbon de bois et le braconnage ont tous un impact négatif sur l’écosystème.

 

Malgré ses fonctions écologiques et ses valeurs socioculturelles, le bassin inférieur du fleuve Ankobra (LARB) situé dans la région occidentale du Ghana, est menacé par la surexploitation du bois pour la construction de logements ; les mangroves pour le fumage du poisson ; ainsi que le braconnage des crocodiles et des singes comme viande de gibier pour la consommation des ménages et la vente sur le marché local.