• Valorisation durable des ressources naturelles

Pisciculture en bordure du Parc National du W

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Pisciculture en bordure du Parc National du W
  • Bénéficiaire COECO et BAIL
  • Montant du projet € 175 000
  • Subventions FFEM € 40 000
  • État du projet achevé

Le projet est porté par l’association française COECO partenaire de l’association nigérienne BAIL vers qui la supervision des activités sera transférée en fin de projet.

 

Le projet s’implante en bordure de la réserve Transfrontalière du « W » du côté nigérien, au niveau d’une zone humide de 1000 Ha à la croisée du fleuve Niger (56 km), des rivières Tapoa et Mékrou (160 km). Cette zone d’eau permanente est un refuge pour de nombreuses espèces, notamment des crocodiles (le crocodile nain, Osteolaemus tetraspis et le faux gavial, Crocodylus cataphractus), des lamantins, des hippopotames). Avec les sécheresses successives, les conflits entre pêcheurs, transhumants, agriculteurs ayant accès aux mêmes ressources se sont accentués provoquant une très forte dégradation des habitats naturels et des conflits homme-animaux sévères. Un problème se pose actuellement avec la détermination des limites légales du Parc W et particulièrement pour l’île de Karey Kopto, pour laquelle les habitants du village ont revendiqué l’accès, pour des raisons culturelles et de production. Par ailleurs, le manque de plan de gestion de la zone humide entraine une exploitation des ressources naturelles irrationnelle et sans contrôle. Ainsi, le cadrage d’activités rémunératrices avec les pêcheurs mais compatibles avec la conservation de la zone humide est indispensable. Elle permettra aussi de réduire le braconnage des crocodiles avec lesquels les pêcheurs sont en conflit, le braconnage des nombreuses espèces du parc qui fréquentent la lisière et sa périphérie et la tentation d’aller braconner dans le Parc (Karey Kopto étant un lieu propice aux incursions illégales dans l’AP).

COECO et BAIL souhaitent contractualiser avec l’administration publique le zonage de la zone humide, réhabiliter en particulier l’île de Karey Kopto (150 ha) pour y construire une centre de suivi écologique des espèces de crocodiliens et diminuer les pressions sur les fleuves et rivières en développant la pisciculture (où se focaliseront les fonds du PPI).

 

Le projet a pour cible directe 153 pêcheurs, 60 femmes productrices et 1075 agriculteurs ; 4000 personnes (500 ménages des communes de Falmey et Kirtachi) seront indirectement concernées par le projet.