• Sauvegarde des espèces menacées

Amélioration de la protection de la tortue caouanne grâce à l’implication de la société civile dans les îles de Santa Luzia et de São Vicente

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Amélioration de la protection de la tortue caouanne grâce à l’implication de la société civile dans les îles de Santa Luzia et de São Vicente
  • Bénéficiaire BIOSFERA
  • Montant du projet 39 988€
  • Subventions FFEM 29 985€
  • État du projet en cours

À 8,5 km de l’île principale voisine de São Vicente, les îles désertiques et arides de Santa Luzia, Branco et Raso situées dans la République du Cap-Vert représentent la plus grande réserve marine du pays avec une superficie totale de 536 km2. En raison de leur importance en matière de conservation et de leur vulnérabilité, ces îles protégées sont considérées comme des zones clés de biodiversité prioritaires (ZCB) et classées comme hautement menacées. Le complexe insulaire abrite la population mondiale entière de l’Alouette Razo (Alauda razae), la plus importante colonie reproductrice du Puffin du Cap-Vert (Calonectris edwardsii, NT) avec plus de 10 000 couples. Ils abritent plus de 700 femelles nicheuses de la tortue caouanne (Caretta caretta, localement EN) et sont également le seul refuge pour quatre espèces et sous-espèces endémiques de reptiles terrestres menacés (Tarentola raziana, NT et Hemidactylus bouvieri razoensis, CR).

Le Cap-Vert est le troisième site de nidification le plus important au monde pour les tortues caouannes, et Santa Luzia, en étant déserte, est le seul refuge (insulaire) du pays où cette espèce peut nicher loin des menaces anthropiques telles que les perturbations humaines fréquentes, la pollution lumineuse, le développement urbain côtier, la destruction de nids ou les attaques de tortues par des animaux errants (chiens). En 2003, le gouvernement capverdien a créé une aire marine protégée (AMP) comprenant les îles désertes et l’océan Atlantique environnant sur une profondeur de 200 mètres. Malgré cela, l’AMP manque encore de certaines infrastructures de base et les patrouilles en mer sont peu fréquentes en raison du manque de fonds, de ressources ou de volonté gouvernementale, et à Santa Luzia, les pratiques illégales continuent d’exister à l’abri des regards, ainsi que dans l’île principale de São Vicente (en dehors de l’AMP).

L’AMP est toujours confrontée à d’autres menaces telles que la pêche incontrôlée, la pollution des déchets côtiers et les visites incontrôlées de touristes, des perturbations non réglementées et très dommageables pour les tortues caouannes qui nichent. La pollution par les déchets qui atteint les rives de Santa Luzia chaque année a un effet direct et mortel sur les tortues et leur succès de reproduction puisque leur survie est affectée par les déchets de plage, les adultes enchevêtrés ainsi que les tortues nouveau-nés.

Avec ce projet, Biosfera veut sécuriser, améliorer la protection et augmenter les taux de surveillance et de signalement des crimes contre les espèces protégées de tortues à Santa Luzia et à São Vicente. Pour atteindre cet objectif, la société civile (grand public et communautés de pêcheurs) ainsi que les autorités locales seront fortement engagées sur ce projet pour une protection immédiate et efficace contre le braconnage, et pour atténuer les impacts de la pollution plastique sur la survie des tortues caouannes nicheuses. sur l’île de Santa Luzia.