Nouvelles du terrain: Green Transformation 2050

Published on 24 juin 2021
ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Non classifié(e)Nouvelles du terrain: Green Transformation 2050

L’ONG Greentransformation2050 est une ONG basée à Conakry en Guinée et créée depuis 2016.

 

Sa mission est d’accompagner une transition verte et résiliente en Guinée vers 2050, et de mettre un accent sur l’écocitoyenneté, la conservation, l’intégrité et la diversité environnementale, l’équité intergénérationnelle, la gestion rationnelle des ressources naturelles, en adéquation avec les objectifs de développement durables et les obligations internationales. Ses valeurs sont l’intégrité, la performance, l’innovation et la responsabilité environnementale.

 

Pour cela Green Transformation 2050 met à disposition son expertise sur les aspects de gestion durable des ressources naturelles pour des projets de terrain. Elle anime également des réunions et fait du plaidoyer pour la formation de cadres de concertation environnementaux avec les services de l’administration guinéenne et les acteurs concernées. GT2050 a également pu mettre en place une antenne du réseau Climat et Développement en Guinée.

 

 

Le projet de gestion participative de la biodiversité du Parc National du Haut Niger (PNHN)

 

A l’instar des autres pays de l’Afrique de l’Ouest, la diversité biologique de la Guinée est très riche, notamment ses forêts denses et humides. Mais leur exploitation n’est pas toujours contrôlée. Les enjeux de conservation y sont donc très forts.

S’appuyant sur ces faits, nous avons démarré, avec l’appui du PPI, en 2020 le projet de gestion participative de la biodiversité du Parc National du Haut Niger (PNHN).

 

Classé comme Réserve de Biosphère et composé d’importantes étendues de forêts et de savanes, le Parc National du Haut Niger (12 000km²) en Guinée héberge une faune remarquable : chimpanzés commun, lions, panthères, buffles noir, hippopotames, potamochères, phacochères. Malheureusement ces espèces ainsi que leurs habitats sont menacées par les pressions anthropiques auxquels les agents du Parc n’arrivent pas à faire face à eux seuls : principalement l’exploitation anarchique du bois, la chasse non contrôlée et les feux de brousse. Le projet entend donc contribuer à sa hauteur à résoudre ces problématiques grâce à une meilleure implication des communautés locales dans la gestion du Parc. Le projet touche 13 villages dont 2000 personnes seront directement concernées par les actions.

 

Les objectifs spécifiques de ce projet sont :

 

– Développer un cadre structurel des communautés de Gestion villageoise par l’appropriation des Outils de Planification locale ;

– Renforcer la conservation de la Biodiversité par la création et la mise à disposition d’outils participatifs de gestion communautaire ;

– Responsabiliser les acteurs communautaires pour un développement d’activités économique adapté aux enjeux du Parc.

 

 

En partenariat avec l’administration gestionnaire du Parc et les riverains représentés par les comités villageois de gestion, les activités réalisées au cours de ce projet sont les suivantes :

 

– La cartographie des comités villageois de Gestions existants et actifs a été faite.

– Les agents du Parc et les habitants ont été formé à la collecte des données environnementales et au suivi-écologique sur le terrain.

– Trois réunions de cadre de concertation avec les Comités Villageois de Gestion ont pu être faits.

– Des travaux de reboisement ont pu être organisés afin de reboiser les sites dégradés et tout en réduisant la pauvreté par la valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (Detarium guineesis (Boron)).

– Il est prévu de participer à des activités commerciales telles que la foire internationale de Conakry et le réseautage par les investisseurs écotouristiques. Ceci a été décalé du fait du COVID.

– Des Groupements d’intérêts économiques ont pu bénéficier de renforcement des capacités et de fourniture en équipements : apiculture et plantations.

– Enfin des habitants riverains du Parc ont pu participer à des formations sur la gestion durable des ressources naturelles et 30 conservateurs de la nature sur la gestion des feux de brousse.

 

Les activités de ce projet ont donc posé les bases pour un partenariat solide avec l’équipe de gestion du Parc et les comités villageois. Cette confiance doit permettre de continuer l’accompagnement dans la gestion de cet espace de biodiversité. Ce travail doit en effet être continue pour obtenir un maximum de résultat.

 

En outre, les relations créées avec d’autres ONG dans le cadre de visites d’échange avec le PPI (AUDER, Wild Chimpanzee Foundation) ont pu renforcer les compétences de GT2050 mais aussi son ancrage dans le paysage de la conservation en Guinée.

 

 Cartographie et mise en opération des comités villageois de gestion et des groupements d’intérêt économique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Formation des agents de l’unité de conservation du Parc National du Haut Niger

Faisons connaissance,

suivez nous sur les rseaux ou contactez-nous