• Sauvegarde des espèces menacées

Contribuer à la mise en place d’une base de données participative et évolutive nécessaire à l’implémentation d’un plan d’aménagement efficace et durable du Parc National marin Manyangue na Elombo Campo

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Contribuer à la mise en place d’une base de données participative et évolutive nécessaire à l’implémentation d’un plan d’aménagement efficace et durable du Parc National marin Manyangue na Elombo Campo
  • Bénéficiaire TUBE AWU
  • Montant du projet 69 084€
  • Subventions FFEM 34 969€
  • État du projet en cours

Situé dans la région du Sud, département de l’Océan, à cheval entre l’arrondissement de Kribi 1er et l’arrondissement de Campo, le parc marin  » Manyague na Elombo Campo  » inclut les villages Ebodjé, Mbendji, Bouandjo 1 (Iyassa), Bouandjo 2 (Mvae), Malaba, Bokombé centre et Campo Beach pour une population d’environ 9.000 habitants. Plusieurs écosystèmes parsèment la zone de projet, notamment des rivières, embouchures et forêts de mangrove qui sont des écosystèmes non négligeables de par leur rôle dans le maintien de la biodiversité aquatique.

 

L’érosion côtière est la principale menace qui sévit sur les plages et l’arrière-plage de la zone. L’augmentation du niveau des mers semble être le principal facteur d’accélération de la vitesse d’érosion. Cette érosion cause la chute de nombreux arbres sur les plages rendant ainsi difficile l’accès aux plages de ponte pour les tortues marines. À cela s’ajoute, la prolifération croissance du Nypa fruticans, une espèce de plantes envahissante de la famille des Arecaceae (palmiers) ; encore appelé « palmier d’eau ».

 

Le parc national marin  » Manyangue na Elombo Campo  » est identifié comme l’un des plus grands sites de ponte et d’alimentation de tortues marines au Cameroun. Le problème environnemental qui prévaut donc le long de cette bande côtière est la mortalité élevée des tortues marines. Les principales menaces responsables de cette mortalité sont entre autres : le braconnage des femelles sur la plage et la récolte de leurs œufs, les prises intentionnelles ou accidentelles des juvéniles et des femelles en mer par les pêcheurs artisanaux locaux, la destruction des sites de ponte par l’extraction de sable et la pollution plastique.