• Conservation des écosystèmes
  • Création-Gestion d'aires protégées

Contribuer à la conservation de la forêt classée du Cavally pour le développement durable de sa zone périphérique

ICON/BTN/arrow/2/arrow-down Created with Sketch. Contribuer à la conservation de la forêt classée du Cavally pour le développement durable de sa zone périphérique

La forêt classée du Cavally est une forêt primaire et secondaire sempervirente, dense et humide. Elle est l’une des dernières forêts naturelles de Côte d’Ivoire encore relativement bien conservée. C’est une véritable réserve de biodiversité abritant de nombreuses espèces animales et végétales menacées d’extinction, la situation géographique de cette forêt au sein du complexe forestier TAÏ-GREBO-KRAHN-SAPO en fait un site prioritaire pour la conservation et le changement climatique, non seulement en Côte d’Ivoire, mais également pour l’Afrique de l’ouest en général. Elle représente un patrimoine naturel unique et est une réserve importante de biosphère. Elle compte de nombreuses espèces de faune et de flore endémiques.

Parmi lesquels :

  • Douze espèces et sous-espèces de primates (Des Cercopithèques Mones, des cercopithèques Dianes, des Mangabeys, des Colobes de Van Beneden ou encore des Colobes Magistrats) ;
  • Des hippopotames nains ;
  • Des Céphalophes Zébrés, de Jentik et d’Ogilby ;
  • Des Pétauristes ;
  • Des espèces de flore dites « Sassandriennes » comme le palmier-liane épineux ou la liane à eau.

A ce jour, La forêt classée du Cavally a perdu 40% de son couvert végétal. En effet, elle a connu une infiltration massive de planteurs illégaux venus des pays frontaliers pour y cultiver du cacao. Ces cultures illégales constituent la menace principale pesant sur la forêt du Cavally. Le poids politique et économique de la filière cacao en Côte d’Ivoire (1er pays producteur) rend difficile et sensible toutes actions touchant à la filière au niveau local. Il est ainsi a noté que les industriels internationaux du cacao continuent volontairement ou involontairement (en raison d’un défaut d’un système de traçabilité claire sur le produit) d’acheter du cacao auprès des coopératives qui produisent illégalement dans la forêt.

Ce projet vise à défendre activement les intérêts de la forêt classée du Cavally et y plaider pour son classement en catégorie 1 là ou aucune activité humaine, ni exploitation ne sera permise.